Aujourd'hui :18 October, 2019
Mines

Conflit minier au Nord-Kivu : la SMB dénonce les menaces d’attentat physique qui pèsent sur ses agents

La société minière de Bisunzu SMB en sigle, le plus grand exploitant de coltan en RDC basée dans le carré minier de Rubaya en territoire de Masisi au Nord-Kivu a alerté jeudi 20 juin sur les menaces de mort dont sont victimes certains de ses hauts cadres.

Dans sa lettre adressée au gouverneur du Nord-Kivu avec comme objet « Dénonciation des menaces d’attentat physique », la SMB dit avoir des renseignements de diverses sources « fiables » que ses dirigeants seront pris pour cibles par une société concurrente d’exploitation minière dans la zone.

Cette société minière pointe du doigt « des individus mal intentionnés qui seraient membres effectifs ou assimilés à la Coopérative Minière de Masisi (COOPERAMMA).

7sur7

Comme victimes de ces potentielles menaces, la SMB cite son directeur général adjoint Bonduelle Loïc, le directeur de traçabilité Freddy Nzonga et ses avocats-conseils.

Pour Rappel La SMB et la COOERAMMA avaient actualisé leur protocole d’accord le 12 juin 2018 dernier.

Aujourd’hui la SMB exhorte le gouverneur en sa qualité de « garant de la bonne exécution de ce protocole » à rappeler aux bons sens les parties prenantes à ce protocole, et dans le cas échéant « enjoindre les services spécialisés à la protection des personnes et de leurs biens. »

Le directeur gérant de la « SMB » Mwangachuchu Ben, souhaite aussi l’implication du gouverneur de province dans cette affaire pour calmer les tensions qui ont régné ces derniers jours au sein de la population du territoire de Masisi.

Contacté par 7SUR7.CD, un des responsables de la COOPERAMA a promis apporter les éléments de réponse après une réunion qui se tient dans les prochaines heures entre les cadres de cette société.
 
Signalons que cela fait plusieurs années déjà que le conflit entre exploitants miniers artisanaux persistent et cette situation serait causée par le non-respect du protocole signé en 2013 entre la COOPERAMA et la société minière de Bisunzu.

Lors des récentes échauffourées dans ce carré minier le dimanche 2 juin dernier, trois personnes avaient été tuées. La société civile avait dénonce un conflit minier qui est entrain de tourné en conflit inter ethnique.

Glody Murhabazi depuis Goma.

Source : 7sur7.cd

Share