Aujourd'hui :18 October, 2019

Félix Tshisekedi : « le monde a soif du cobalt, coltan et lithium; le Congo a besoin des emplois industriels et du développement»

Le président de la République, le chef de l’État, Félix Tshisekedi, a fait son premier du haut de la tribune ce jeudi 26 septembre au 74e assemblée générale de l’ONU à New-York.

Ses premiers mots ont tourné autour de la lutte contre la pauvreté.

Félix Tshisekedi a décliné sa vision l’éradication de la pauvreté.

Il a déclaré sa volonté de transformer le potentiel agricole congolais avec ses 80 millions d’hectares de terres arables et 40 millions irrigables.

Il a soutenu que 2 milliards d’individus peut être nourris par le potentiel agricole de la RDC.

“Le monde a soif du cobalt, coltan et lithium ; le Congo a besoin des emplois, les industries et le développement,” a déclaré Félix Tshisekedi devant l’assemblée générale des Nations-Unies.

Le président a de nouveau confirmé l’effectivité de la gratuité de l’enseignement primaire sur toute l’étendue de la république.

“La gratuité de l’enseignement primaire et effective depuis le début de l’année sur toute l’étendue du territoire national”, a dit Félix Tshisekedi.

Le président a promis de faire de cette gratuité la priorité de son mandat et d’augmenter le budget de l’éducation de 8 à 20%.

“Parmi les priorités de mon mandat, la gratuité de l’éducation de base.
Le budget de l’éducation passe de 8 à près de 20% des dépenses du budget de l’Etat, soit un niveau proche des standard de l’Unesco”, a-t-il déclaré.

Parmi les autres défis définis dans son mandat figurent la réhabilitation de la paix, la sécurité et la stabilité.

“Le plus grand défis de la RDC, est celui de la paix et de la stabilité”, a-t-il déclaré.

C’est pourquoi, Félix Tshisekedi a réitéré sa proposition de la création d’une coalition régionale contre les groupes armés.

Sur le plan de l’environnement, le président de la RDC a fait part de ses “inquiétudes”, surtout sur le bassin du Congo. Il a notamment présenté son projet de changer le fonctionnement de l’agriculture pour aller vers une agriculture plus en respect de l’environnement.

En parlant de la MONUSCO, le Chef de l’État souhaite son maintien mais souhaite que sa mission s’organise autrement.

Elle doit être “réadaptée à la réalité, c’est-à-dire non pléthorique, bien équipée et dotée son mandat adapté à l’instar d la brigade d’intervention qui nous avait aidé à combattre le M23”, a-t-il indiqué.

Félix Tshisekedi souligné la relation particulièrement que l’ONU entretient avec la RDC.
Il s’agit selon lui d’un sentiment de reconnaissance.
“Mais pourquoi malgré cette longue présence de l’ONU dans mon pays, la plupart de nos espoirs de paix ont été déçus?”, s’est-il questionné.

S’agissant de l’alternance pacifique en RDC après élection du 30 décembre 2019, le président de la RDC a remercié les pays de la SADC, le Kenya, l’Égypte et les USA pour leurs encouragements dans le processus de construction en RDC d’un état de droit.

État de droit que Felix Tshisekedi, dit qu’il s’est employé à garantir à tous les citoyens congolais.

“Depuis mon avènement au pouvoir, je me suis employer à garantir aux Congolais l’ensemble des droits et libertés.
Il n’y a plus de prisonniers de conscience en RDC”.

Et d’ajouter:

“Plus personne ne se sent obligé de quitter la RDC pour des raisons politiques”.

L’accélération des réformes du conseil de sécurité de l’ONU a aussi été abordé par le Chef de l’État congolais.

Il a souhaité une représentation plus Juste et plus équitable de l’Afrique au conseil de sécurité de l’ONU.

“Il n’est pas juste que l’Afrique demeure la seule région du monde sans représentation au conseil permanent…”, a dit le chef de l’État Félix Tshisekedi.

Commentant quelques sujets de l’actualité internationale à la fin de son discours, Félix Tshisekedi a demandé la levée des sanctions contre le Zimbabwe datant de 2002.

Pour lui, ces sanctions sont injustes.

Notons que le débat général annuel de l’Assemblée générale est l’occasion pour les chefs d’État et de gouvernement de se réunir au siège de l’Organisation afin de débattre de questions d’ordre mondial.

Cette année, le thème général est : « Dynamiser les efforts faits au niveau multilatéral en faveur de l’élimination de la pauvreté, d’une éducation de qualité, de l’action climatique et de l’inclusion ».

Thierry Mfundu

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *