Aujourd'hui :24 February, 2020
7sur7

RDC: voici les 3 ruptures de Sodimez, JV entre GCM et CNMC,  des autres partenariats (Albert Yuma)

La Gecamines a longtemps été décriée pour ses contrats léonins. Elle qui avait des gisements documentés se retrouvait systématiquement actionnaire minoritaire dans les différentes Jointventures (JV) conclues avec ses partenaires. 
Cette situation appartient au passé désormais,  selon le PCA de la Gecamines Albert Yuma Mulimbi.
Il en veut pour preuve la mine de Deziwa, inaugurée il y a une semaine dans le Lualaba.

D’après lui, sur cette mine, Gecamines et CNMC ont bâti un partenariat gagnant gagnant qui est AUD antipodes des autres partenariats.

Dans la Société minière de Deziwa (Somidez), qui va produire  80.000 tonnes de cuivre par an, Gecamines et CNMC ont sur un pied d’égalité, s’est réjoui Albert Yuma.

Ce projet se caractérise par trois principales ruptures avec le modèle de partenariat industriel traditionnel formalisé depuis les années 2000, s’est félicité le patron de Gecamines dans son discours d’inauguration de l’usine de cette mine. 

D’après lui, ces  trois ruptures sont  les suivantes :

1. Le projet Deziwa est d’abord et avant tout un projet à durée déterminée. Au bout de 9 ans ou au plus 11 ans,  il sera entièrement aux mains des congolais. C’est la première rupture.

 2. Deziwa est un projet où les droits des partenaires sont équivalents. CNMC qui détient 51% des parts contre 49% à Gecamines,  ne peut pas prendre des décisions importantes seules.  Des mécanismes ont été mis pour les décisions de prennent après concertations au conseil d’administration. Le niveau de la Gecamines dans l’actionnariat d’une JV est aussi inédite. Avant c’est au plus 

3. Les cadres 
congolais sont présents à tous les niveaux de l’usine. De la sorte, le transfert des connaissances et des technologies de fera sans difficulté.

 » Comme vous pouvez le constater, le projet de Deziwa est bien plus qu’un nouveau projet. 
Il incarne par ses innovations, la volonté de GECAMINES, et au-delà celle de l’Etat actionnaire, 
de se donner les moyens de peser à nouveau dans la production du pays et au-delà et de rétablir des 
relations équilibrées avec ses partenaires », a déclaré A. Yuma.

Il a saisi cette occasion pour rappeler les difficultés que rencontre le secteur minier congolais depuis les 90 et son incidence sur  l’économie et  l’organisation de toute la société. Une nouvelle s’ouvre avec le projet Deziwa,  selon des syndicalistes Gecamines, qui saluent la nouvelle société. 

Orly-Darel Ngiambukulu

Source : 7sur7.cd

Share
Congo Actuel
L'actualité de la RDC partout avec vous, 24/24h et 7/7j.
Installer maintenant